• Log in with Facebook Log in with Twitter Log In with Google      Sign In    
  • Create Account
LongeCity .                       Advocacy & Research for Unlimited Lifespans

Photo

Longévité, y-a-t-il une app pour cela ? La mort de la mort. Août 2017. N° 101.

lettre mensuelle

  • Please log in to reply
No replies to this topic

#1 didierc

  • Lifetime Member, F@H
  • 213 posts
  • 726
  • Location:Belgium

Posted 30 August 2017 - 06:58 PM


J'ignore si je veux l'immortalité, mais je suis raisonnablement certain que je ne souhaite pas mourir aussi longtemps que je ne veux pas mourir. Nikola Danaylov, futuriste auteur du blog Singularity, 2017 (traduction).

 

 

Thème du mois: Smartphones, autres technologies portables de santé et longévité 

 

La science-fiction de Star Trek, nous l'avons dépassée
 

Attached File  healthphone.jpg   70.35KB   0 downloads

 

En un peu plus de 25 ans, nous avons connu dans le domaine technologique, deux bouleversements majeurs et qui se combinent tellement bien que nous n'en voyons plus qu'un.

 

Le 1er bouleversement est celui d'internet. A partir des années 90, pour les scientifiques d'abord puis pour le public large, l'information est devenue de plus en plus accessible virtuellement.

 

Le second bouleversement est celui de la téléphonie mobile. Il débute également dans les années 90 d'abord pour les citoyens aisés et puis rapidement pour la majorité des habitants de la planète, y compris les plus pauvres.

 

C'est depuis à peine 10 ans que les deux technologies se fondent pour permettre des instruments dépassant les rêves les plus fous des auteurs de science-fiction du passé.

 

Beam me up, Scotty disait le capitaine Kirk dans Star Trek. Aujourd'hui la téléportation n'est plus nécessaire pour communiquer puisque quasiment tout ce qui est information est dématérialisable, accessible à presque tous et presque partout et ceci dans un instrument d'une centaine de grammes et pouvant coûter moins de 100 euros. Se déplacer n'est plus nécessaire pour parler à un ami, connaître la température à Honolulu, voir la terre depuis l'espace ou lire les déclarations publiques, les communications et les décisions de milliards de personnes, organisations, administrations et entreprises. Il en va de même pour prendre connaissance des communications médicales depuis celles de l'Organisation mondiale de la Santé jusqu'aux informations de tout petits groupes de patients rassemblés par-delà les frontières.

 

L'être humain a des capacités extraordinaires qui ont rendu cela possible. Il a aussi la capacité de s'habituer tellement vite à ces progrès qu'il s'en servira plus pour partager des vidéos de chats et enfants charmants et pour se plaindre de lendemains qui ne chantent pas assez que pour améliorer sa santé.

 

C'est probablement notamment pour cela que le tricorder médical qui dans Star Trek était utilisé par les médecins pour aider à diagnostiquer les maladies et recueillir des informations corporelles sur un patient reste, lui, en 2017, de la science-fiction.

 

Les applications de santé dans les téléphones intelligents

 

Des dizaines de milliers d'applications de santé sont disponibles aujourd'hui dans les environnements Apple et Google. Il y a notamment des applications :
 

- servant les professions médicales

- servant les patients dans le cadre de traitements

- effectuant des mesures de santé (les plus utilisées).

Alors que le domaine médical est généralement fortement réglementé, un processus de certification n'a été que rarement appliqué en la matière. La grande facilité pour réaliser ces applications, le nombre considérable de groupes tentant de vendre leur produit et l'absence de contrôle systématique limitent l'utilisation médicale. En réalité, les produits les plus connus comme l'application Santé d'Apple ou les bracelets Fitbit sont surtout utilisés pour la mesure de l'exercice de personnes en bonne santé, mesurant bien plus le fitness que la santé.

 

Les capteurs connectés

 

De très nombreuses solutions existent, notamment pour tout ce qui est de la surveillance des personnes malades. Des systèmes de surveillance à distance existaient d'ailleurs déjà avant l'arrivée d'Internet. Mais ici aussi, alors que la fiabilité peut être une question de vie ou de mort pour les patients les plus âgés ou pour ceux souffrant de certaines maladies à déclenchement brusque, le niveau de performance reste malheureusement faible.

 

Il est - négativement - fascinant de constater qu'il n'existe à ce jour aucun capteur connecté largement reconnu comme efficace qui pourrait avertir à distance lorsqu'une personne a des troubles importants de santé. Il faut que la personne âgée "appelle à l'aide". Aujourd'hui, le réseau (et surtout Google) peut deviner où vous allez, vous rappeler vos rendez-vous, vous avertir du départ de votre avion, compter vos pas, déterminer l'endroit où vous êtes à quelques dizaines de centimètres près. Mais les créateurs d'objets connectés restent à ce jour incapables de créer un bracelet (ou un autre dispositif) détectant efficacement "tout seul" et sans risque d'erreur ou de fausse alerte des problèmes sérieux de santé.

 

Les perspectives

 

A terme, des dispositifs de mesure pourraient être portés par tous ceux qui le souhaitent pour mesurer l'activité, la respiration, les battements cardiaques et prévenir lorsque des problèmes se posent. Il est aussi envisageable d'avoir des capteurs ailleurs, par exemple dans les cuvettes des WC. Ce n'est pas la plus poétique des analyses médicales, mais cela serait une source considérable d'information concernant l'alimentation et de nombreuses affections.

 

Enfin, il est concevable d'avoir des capteurs à l'intérieur du corps qui pourraient détecter par exemple des agrégats graisseux dangereux, des virus, des signes de maladies cardiovasculaires, des cellules cancéreuses... Au fur et à mesure des progressions en matière de miniaturisation et de transmission, l'efficacité augmente et le caractère invasif diminue.

 

Dans un monde qui ferait de la santé, de la prévention et de la recherche médicale une priorité, il est imaginable que ces informations ne seraient pas uniquement utiles aux patients mais qu'elles seraient également, sauf opposition expresse des intéressés, rassemblées et analysées après anonymisation.

 

Les risques

 

Aujourd'hui, la plupart de ces technologies sont encore d'une fragilité et d'une imprécision importantes. Le degré de redondance et la précision doivent être considérablement renforcés et des mécanismes de contrôle équivalents à ceux des autres domaines médicaux sont nécessaires pour une utilité optimale pour les citoyens. Mais au-delà de ces questions qui ne nécessitent "que" du travail médical et informatique, il y a la question de la sécurité vis-à-vis de personnes mal intentionnées. Les plus grands experts informatiques ne se fient pas uniquement à l'informatique pour leur webcam, ils ajoutent aussi un bout de sparadrap pour empêcher physiquement tout "hacker" de regarder.

 

Une action similaire ne sera pas toujours possible dans le domaine de la santé, particulièrement pour des capteurs internes. Il faudra donc des recherches poussées au niveau informatique et également au niveau législatif et réglementaire.

 

Demain, un téléphone intelligent, sanitaire et solidaire ?

 

Nous nous servons quotidiennement de nos smartphones pour des buts innombrables, mais pas assez pour ceux de santé, moins encore en termes collectifs. Nous sommes des milliards à avoir accepté une perte d'anonymat et une prise de risques vis-à-vis des réseaux sociaux, mais nous sommes beaucoup plus réticents pour partager nos données de santé. Pourtant, la majorité d'entre nous serait d'accord de partager des données pour sauver d'autres vies, certainement si l'anonymat est garanti et probablement même si cela comportait des inconvénients mineurs. La création d'un environnement culturel, social, médical... favorable à ces mises en commun de données pourrait être un des moteurs de la recherche collective pour une vie en bonne santé beaucoup plus longue.

 

 Les bonnes nouvelles du mois. Succès de la Raadfest. Longévité accrue en Belgique. 

La Raadfest (Revolution against Aging and Death) a rassemblé début août à San Diego des centaines de personnes. Pendant près de 4 jours, plusieurs des plus grands spécialistes mondiaux du vieillissement et aussi de nombreux activistes de la longévité, se sont rencontrés.

 

C'était un show à l'américaine, pas uniquement avec des gens totalement sérieux. Mais il y avait un enthousiasme qui faisait plaisir à voir et une volonté affichée de partager des informations illustrée notamment par un site internet "Society for the Rescue of Our Elders" (Société pour le sauvetage de nos personnes âgées).

 

Et dans la vraie vie, en Belgique comme ailleurs, la durée de vie continue de globalement progresser. Après une légère baisse en 2015, en 2016, elle progresse de 0,4 année. La direction statistique du SPF (ministère fédéral belge) Economie écrit Les  tables  trisannuelles  permettent  également  d'observer  que  l'espérance  de  vie  à  la  naissance augmente  pour  passer  de  77,38  ans  en  1996-1998  à  81,08  ans  dans  la  table  de  2014-2016,  sans  subir  aucune baisse (sur base trisannuelle) dans l’intervalle.

 

 Pour en savoir plus:


  • like x 1





Also tagged with one or more of these keywords: lettre mensuelle

1 user(s) are reading this topic

0 members, 1 guests, 0 anonymous users